8Mar

Top 5 des astuces pour dégoter un vin correct en supermarché

mars 08, 2018 Tops , , 0
Share Button

Une petite soirée entre potes qui se profile, et quand t’as demandé « Jenmene quoi gros? », on t’a répondu « Je moccupe de la bouffe prends du pinard ». Sauf que le truc c’est que 1) t’y connais pas grand-chose en pif, 2) t’es pas franchement Crésus et 3) t’as pas vraiment le temps de passer chez le caviste du coin. Du coup, tu te retrouves au petit Franprix de quartier, et là, la galère commence. Le défi : trouver une bouteille correcte, à un prix raisonnable, pour ne pas passer pour un rat auprès de ton pote, tout en essayant de se faire (un minimum) plaisir. Et c’est là qu’on intervient, en te proposant nos petites astuces pour t’y retrouver au milieu de cette jungle de bouteilles qu’est le rayon vin de ton supermarché.

1- Ne fais pas trop trop la pince

Ah mais si, tu peux tout à fait acheter du vin à moins de 4 € la bouteille… si c’est pour faire de la sauce. Sinon non, tu ne peux décemment pas espérer quoi que ce soit d’une bouteille que tu auras payé ce prix-là. OK pour faire gaffe à ta bourse, mais essaie de te fixer un minimum de 5 € pour avoir une chance de toucher quelque chose de correct. Aux alentours de 7 ou 8 € tu peux assez facilement trouver des trucs pas mal. Particulièrement si tu appliques nos autres conseils, ci-dessous.
#teasingdemalade

2- Check les médailles et/ou les macarons de guides

Non, ça n’est pas forcément enfoncer une porte ouverte parce que ça ne fait pas tout non plus. Dans les faits, n’importe quel péquin peut créer son concours et décerner la médaille d’or à la première vomissure corrosive venue. Pour autant, certaines distinctions sont assez reconnues, et valent donc le coup d’être prises en compte : le Concours Mondial de Bruxelles, le Concours Général Agricole de Paris ou le Concours des Grands Vins de France de Mâcon par exemple. Côté guides, La Revue du vin, le Guide Hachette, ou le Bettane & Desseauve sont globalement fiables et reconnus.

Donc en gros, ça ne fait pas tout, mais ça vaut le coup d’y jeter un œil quand même.

Sélection non exhaustive de médailles et de labels « guides » notables

3- Penche toi un minimum sur l’étiquette

Pour commencer, essaie de privilégier la mention « Mis en bouteille au château/au domaine ». Comme pour les médailles, il peut y avoir des abus aussi, mais en général, ça sous-entend une récolte et une vinification sur place, ce qui peut être synonyme d’une certaine expertise, et donc d’une certaine qualité. De même, le label « Vignerons indépendants » vaut également le coup d’être checké parce que le plus souvent tu auras affaire à un pif globalement élevé par le vigneron lui-même. Et sur le papier, c’est mieux. Ou en tout cas, c’est pas plus mal.

Label « Vigneron Indépendant »

4- Essaie de ne pas taper dans des vins trop connus

Si l’idée c’est d’essayer de décrocher le meilleur rapport qualité/prix possible, il est peut-être plus sage d’éviter de taper dans les vignobles les plus connus, type Bourgogne ou Bordeaux par exemple. Étant plus prestigieux que d’autres, ils peuvent être vendus un peu plus chers, y compris pour des vins « moyens ». Au contraire, en privilégiant des vignobles légèrement moins prestigieux (type vallée du Rhône ou Languedoc pour les rouges ; ou Alsace ou Loire pour des blancs*), à prix équivalent, t’as plus de chance de tomber sur une bouteille un peu plus quali. En tout cas ça se tente.

*Si tu viens d’une de ces régions par pitié ne t’offusques pas. Et embrasse ta maman pour nous.

5- Choisi une bouteille qui s’accorde avec la pitance concoctée par ton pote (et assure au niveau du service)

Le truc pas con ça serait de demander au passage à ton pote ce qu’il compte servir à manger. Et à partir de là, même sans rien y connaitre, tu peux faire des miracles. 1) rien qu’en regardant sur l’étiquette où sont souvent détaillés les plats avec lesquels le vin s’accordera le mieux, et surtout 2) en privilégiant le même terroir que celui du plat servi. Si on part sur une bonne grosse raclette des familles, un vin de Savoie tombera rarement à côté. Un aligot ? Plutôt un vallée de la Loire, genre Côte d’Auvergne. Pas sorcier dans le fond, et ça marche quasi à tous les coups.

Niveau service, ensuite, faut essayer de gérer un minimum la température. Grossièrement : bien frais pour le rosé, frais pour le blanc, et à peu près à température ambiante pour ton rouge. Ton rouge d’ailleurs, si tu le sens pas super super bien, mets toutes les chances de ton côté, ouvre le un peu à l’avance (et même carafe le si tu peux). Le fait de l’aérer ne peut pas lui faire de mal.

Le truc en plus du Dr Dominique Crevard : Si t’as vraiment fait le chien, et que tu crains que ton Bordeaux à 4 € ne passe pas, sers le un poil plus frais que ce qu’il faudrait, ça sera toujours meilleur un peu moins dégueu.

BONUS – Évite les bouteilles en plastique

Mais oui, on sait bien que ça ne te serait pas venu à l’esprit, m’enfin… ça va mieux en le disant.

EN BREF :

Budget :

– A partir de 5 €

Médailles fiables :

– Concours Mondial de Bruxelles
– Concours Général Agricole de Paris
– Concours des Grands Vins de France de Mâcon

Guides fiables :

– La Revue du Vin
– Le Guide Hachette
– Le Bettane & Desseauve

Mentions étiquettes :

– Mis en bouteille au château/au domaine
– Label « Vigneron Indépendant »

Si y’a bien un truc qui est affaire de gout et sur lequel tout le monde aime rouler des mécaniques c’est bien le pif, alors n’hésite pas à venir nous insulter sur notre page Facebook pour nous dire qu’on y connait rien.

Sources : Munchies, Medisite, Lesgrappes.com