23Mar

Top 5 des nos cocktails préférés de la série « Archer » (best série ever)

Share Button

« Archer », la série du génialissime Adam Reed, on a déjà eu l’occasion de dire ce qu’on en pensait chez nos copains de Topito, mais on va pas se priver de le répéter : cette série déglingue. Du début à la fin, c’est ultra original, varié, complètement barré et les 8 premières saisons sont à hurler de rire. En attendant la saison 9, qui débarquera « courant 2018 », on a décidé de vous proposer une petite plongée dans la VRAIE spécialité d’Archer. Et ce n’est donc pas l’espionnage. Ni la Crosse. Ni même les femmes. Non, c’est sa facette d’alcoolique invétéré qui nous intéresse ici. Et son expertise en mixologie. Un petit mot sur nos 5 cocktails préférés de la série « Archer ».

1- Le Melon Ball

Episode : Blood Test, Saison 2, Episode 3
Ingrédients : 6 cl de liqueur de melon, 3 cl de vodka, 12 cl de jus d’orange ou de jus d’ananas
Dans la série : On va y aller crescendo, et celui-ci est donc, aux yeux d’Archer, un des plus softs qui soient. Ça n’est pas pour rien qu’il est servi à la « Baby shower » de Trinette (la prostituée qu’il pense avoir engrossé accidentellement, avant qu’un test sanguin ne lui prouve le contraire, après qu’il se soit fait tatouer le prénom dudit bambin dans le dos : « Seamus », la base). Et ça n’est pas pour rien non plus qu’il propose à Cyril, l’homme le moins viril du monde à ses yeux, de lui en servir un dans « Live and let dine ».
L’avis de Jean-Michel Cocktailologue* : Fruité, doux, et plutôt facile à confectionner si tant est que tu arrives à choper de la liqueur de melon, ça vaut le coup de le tenter !

2- Le Side-car

Episode : The handoff, Saison 7, Episode 2
Ingrédients : 5 cl de brandy, 1,25 cl de cointreau, 1,25 cl de jus de citron
Dans la série : Archer est plutôt fan de celui-ci et on pourrait même dire, selon l’expression consacrée, qu’il le boit « comme du petit lait ». Dans « The handoff », n’ayant pas d’absinthe sous la main, il s’en envoie même un au saut du lit dans le plus grand des calmes. Et un double steuplait. Si ça c’est pas de l’alcoolisme, ça y ressemble quand même vachement.
L’avis de Jean-Michel Cocktailologue : Là on monte clairement d’un cran, sur un grand classique bien connu des briscards de la mixologie, à ne pas mettre entre toutes les lèvres. Paris et Londres se disputent sa paternité et on sait juste qu’il serait né aux alentours de la première guerre mondiale, sans qu’on connaisse l’identité de son inventeur. La version qu’on préfère prétend qu’il a été imaginé par un capitaine américain qui conduisait un side-car, à Paris, à cette période. Classe.

3- Le Hurricane

Episode : Pipeline Fever, Saison 2, Episode 4
Ingrédients : 6 cl de rhum blanc, 6 cl de rhum ambré, 3 cl de jus de citron, 3 cl de jus d’orange, 6 cl de jus de fruits de la passion, 1,5 cl de sirop de sucre, 1,5 cl de sirop de grenadine
Dans la série : Quand Archer est envoyé en Louisiane pour arrêter Joshua Gray, un éco-terroriste qui sévit dans un bayou, il décide de s’en envoyer quelques-uns au cours de son vol. Sans doute pour mieux se camoufler, et se fondre dans le décor : when in Rome, do as the romans do. Pas de doutes, ce type est un pro.
L’avis de Jean-Michel Cocktailologue : Inventé à la Nouvelle-Orléans durant la prohibition dans un des « speakeasy » de la ville à un moment où il était difficile de se procurer du whisky, il est depuis très apprécié en Louisiane. Et pour cause, très doux et sucré, cette petite cochonerie se boit littéralement toute seule.

4- Le Gummy Roy

 

Episode : Jeu Monégasque, Saison 2, Episode 11
Ingrédients : 5 ours gélifiés, 6 cl de scotch
Dans la série : Celui là c’est clairement un must. Un cocktail 100% issu du cerveau malade d’Archer, et improvisé dans un moment de dèche totale. Evidemment, il n’a ni queue ni tête, et pour autant on parierait qu’il est pas si dégueu que ça. Qui tente le coup et nous balance son feedback ?
L’avis de Jean-Michel Cocktailologue : Là on est clairement dans le n’importe quoi, mais attention, toujours avec une certaine expertise. Le Gummy Roy est en fait un dérivé du Rob Roy, qui est lui même un dérivé du mythique Manhattan. T’as suivi ? On reprend, dans le bon ordre :

  • Un Manhattan, c’est 4 cl de rye whisky ou de bourbon, 2 cl de vermouth rouge (martini, sarzano) et 5 gouttes d’angostura bitters
  • Un Rob Roy, c’est exactement la même chose, mais en remplaçant le rye whisky par du scotch
  • Un Gummy Roy, enfin, c’est la même chose, mais en remplaçant le vermouth par… des ours gélifiés. Et on parierait qu’au passage, Archer fait l’impasse sur les 5 gouttes d’angostura bitters également. Du Coluche dans le texte quoi. « Si j’avais eu du lard je t’aurai fait une omelette au lard, malheureusement j’ai pas d’œufs… »

5- Le Green Russian

Episode : Swiss Miss, Saison 2, Episode 1
Ingrédients : 6 cl d’absinthe, 6 cl de vodka, 3 cl de crème de menthe, 6 cl de lait
Dans la série : Même Archer le reconnait, on est là face à une pure bombe. Si t’as peur d’être un peu just’ sur ce coup-là, on ne saurait que trop te conseiller de boire un verre de nitroglycérine, ça te causera sans doute moins de torts.
L’avis de Jean-Michel Cocktailologue : Exactement comme le précédent, il aurait été inventé pour la série, par Pam’ (mai finalement toujours par le génial Adam Reed), encore une fois en partant d’un cocktail existant : ici le White Russian. On reprend donc la même base, mais en remplaçant la crème de café par de la crème de menthe, pour le côté « green ». Ensuite, on ajoute de l’absinthe, pour le côté « toujours-plus » ?

BONUS – Le Black Mexican

Episode : Sitting, Saison 6, Episode 6
Ingrédients : 6 cl de tequila, 6 cl de liqueur de café
Dans la série : Lana doit s’absenter pour le weekend et confie à Archer et à contrecœur, la garde d’Abbiejean, leur bébé. Archer, comme d’hab, contrôle la situation, et commence par se confectionner un Black Mexican avec les fonds de bouteilles qui traînent dans son bar. A partir de là, tout par évidemment en couilles… M’enfin sans ça, ça serait vachement moins fun, hein ?
L’avis de Jean-Michel Cocktailologue : Bon celui là c’est en bonus parce que selon les propres mots d’Archer « it is mierda ». Comme le Gummy Roy, on est dans une pure impro, un bricolage dans l’urgence, avec les moyens du bord pour épancher son alcoolisme manifeste. Si t’as pas pigé, il s’agit simplement d’une variante du Black Russian (6 cl de vodka, 3 cl de liqueur de café), lui même une variante du White Russian (4 cl de vodka, 4 cl de liqueur de café ET 4 cl de lait), dans laquelle la vodka est remplacée par de la tequila. Et en effet, ça a vraiment l’air d’être de la « mierda ».

* Jean-Michel Cocktailologue est notre expert maison en mixologie. Il est très qualifié, et sait par exemple parfaitement distinguer un verre de Destop d’un verre d’urine.

Sources : Archer Wikia, Drinking America, Proof Media